21 May 1821

Benefit Concert for a Poor Family by Charles Lafont and Ignaz Moscheles

 

Paris: Salle Pape

Time: Evening

Tickets: 6 francs

Programme

Principal Instrumentals: Messrs. Herz, Moscheles, M. Lafont

———————————

Programme notes: The piano brand was Pape.


Charlotte: Ausser diesem Concert gab Moscheles noch eins mit in der Salle Favart (18. März) und später noch vier Soiréen ihm, die vierte und letzte am 20. Mai zum Besten armen Familie. Sie spielten wiederholt ein Potpourri über Gluck’sche, Mozart’sche und Rossini’sche Themen, welches sie zusammen componirt hatten, und dieses Vorführen und Verschmelzen von Gedanken aus so verschiedenen Kunstschulen machte grosses Glück‘.[AML I, 43]


Note According to Journal des débats politiques et littéraires the concert took place on May 21 and not May 20. Coleridge corrected the date in his English translation of the book.

Advertisements

Journal des débats politiques et littéraires (May 18, 1821): 2.

—Au bénéfice d’une famille malheureuse, lundi prochain 21 mai, MM. Lafont et Moschelès donneront, chez M. Pape, court des Fontaines, no 1, une dernière soirée, dans laquelle ils joueront, plusieurs fois ainsi que M. Hertz. Le chant sera rempli par les premiers artistes de Paris. On peut se procurer des billets a 6 fr., chez M. Lafont, rue Taitbout, no 9 ; chez M. Moschelès, rue d’Argenteuil, no 6, et chez M. Pape.

Journal de Paris (May 19, 1821): 1.

On annonce encore deux concerts de bienfaisance…L’autre, dont le produit est destiné à une famille malheureuse, est une soirée musicale, donnée par MM. Lafont, Moscheles, Hertz et plusieurs autres artistes connu, lundi prochain 21 mai, chez M. Pape, cour des Fontaines. S’adresser pour les billets, dont le prix est de 6 fr ; à M. Lafont, rue Taitbout, no 9 ; ou à M. Moschèles, rue d’Argenteuil, no 9.

17 May 1821

Concert

 

Paris: Salle Pape

Tickets: 6 francs

Programme

Principal Vocalists: Mlle Leroux; MM. Dabadie, Romagisi
Principal Instrumentals: MM. Habeneck, Morblin, Vogt. Habeneck, Messrs. Colin, Moscheles

———————————

Programme notes: The piano brand was Pape.

Advertisement

Le Moniteur Universel (May 16, 1821): 693.

On annonce, pour jeudi prochain, 17, un concert dans le salon du Pape, Cour-des Fontaines. On doit entendre, dans ce concert : MM. Habeneck ainé, Moschelès, qui a consenti à jouer encore une fois avant son départ, Wogt, Collin jeune et Morblin ; pour le chant, MM. Romagisi, Dabadie et Mlle Leroux.—Le prix des billets est de 6 fr. on peut s’en procurer chez M. Frey, marchand de musique, place des Victoires.

11 May 1821

Charles Lafont’s and Ignaz Moscheles’ Fourth Soiree

 

Paris: Salle Pape

Time: Evening

Tickets: 10 francs

Programme

Grand Potpourri Concertante for Piano and  Violin (Op.59)Mr. Moscheles, M. Lafont  (composed expressly for the occasion)Moscheles &      Lafont
Piano Duet VariationsMessrs. Herz, MoschelesMoscheles
Principal Instrumentals: Messrs. Herz, Moscheles, M. Lafont

———————————

Programme notes: The piano brand was Pape.


Charlotte: Ausser diesem Concert gab Moscheles noch eins mit in der Salle Favart (18. März) und später noch vier Soiréen ihm, die vierte und letzte am 20. Mai zum Besten armen Familie. Sie spielten wiederholt ein Potpourri über Gluck’sche, Mozart’sche und Rossini’sche Themen, welches sie zusammen componirt hatten, und dieses Vorführen und Verschmelzen von Gedanken aus so verschiedenen Kunstschulen machte grosses Glück. [AML I, 43.]

Advertisements

Journal des débats politiques et littéraires (April 6, 1821): 3.

—MM. Lafont et Moschelès nous font espérer quatre soirées musicales. Ils seront secondés par les premiers artistes de Paris. Ces soirées auront lieu dans les salons de M. Pape, facteur de pianos, Cour des Fontaines, n° 1, les mercredis 11, 18, 25 avril et 2 mai. Le prix de l’abonnement pour les quatre soirées est de 40 fr. On souscrit chez M. Lafont, rue Taitbout, no 9, et chez M. Pape, Cour des Fontaines.

Journal des débats politiques et littéraires (May 7, 1821): 3.

—C’est par indisposition de M. Moschelès que ta quatrième soirée de MM. Moschelès et Lafont est remise à vendredi 11 mai.

Le Courrier (May 11, 1821): 4.

—M. Lafont et Moschèles donneront demain vendredi leur dernière soirée avant leur départ pour Londres. Ils exécuteront entre autres morceaux un pot-pourri pour piano-forté et violon composé exprès pour cette soirée. M. Moschèles exécutera en outre avec M. Herz jeune les variations qui ont produit tant d’effet dans son premier concert à la salle Favart, et qu’il a depuis arrangées pour deux piano fortés.

Journal des débats politiques et littéraires (May 11, 1821): 2.

—MM. Lafont et Moschelès, avant de se rendre en Angleterre, où ils sont attendus, veulent signaler leur départ de notre capitale par un morceau d’éclat ; et, dans leur dernier concert, qui aura lieu vendredi, cour des Fontaines, no 1, ils offriront à l admiration du public, entr’autres merveilles, un pot-pourri pour piano et violon, composé pour cette soirée par ces deux artistes. Pour prouver quel effet deux grands pianistes peuvent produire ensemble, M. Moschelès a arrangé les variations brillantes qu’il a jouées dans son premier concert, pour deux piano-forte, et les exécutera avec M. Herz jeune.

Journal de Paris (May 10, 1821): 1.

MM. Moschelès et Lafont, au moment de quitter Paris pour Londres ; veulent ajouter à nos regrets en ajoutant aux prodiges de leur art. Dans leur dernière soirée, qui aura lieu demain vendredi, ils exécuteront, entre autres morceaux, un pot-pourri pour piano et violon compose exprès pour cette soirée. M. Moscheles exécutera de plus avec M. Hertz jeune les variations qu’on a entendues dans son premier concert, et qu’il a arrangées a l’usage de cette soirée pour deux piano-forte.

Eos, Zeitschrift zur Erheiterung und Belehrung (May 24, 1821): 169.

Paris im April…Die Herren Moschelles und Lafont sollen noch zusammen vier musikalische Abende geben; an welchen sich auch die ersten Künstler der Hauptstadt hören lassen wollen.

9 May 1821

Banquet

 

Paris: Hôtel de Ville

Programme

Intermède, Les art rivaux
(second time of performance)
Vocalists: Mlle Rigaud-Paillard,
Mme Boulanger, MM. Huet, Ponchard
Boieldieu &     Berton
Duets  
Piano SoloMr. Moscheles 
Violin SoloM. Lafont 
Principal Instrumentals: Mlle Rigaud-Paillard, Mme Boulanger; MM. Huet, Ponchard
Principal Instrumentals: Mr. Moscheles, M. Lafont

———————————

Moscheles: Heute spielte ich im Hotel de Ville, wo wie Stadt Paris den Deputirten der Provinzen (des bonnes villes) ein grosses Bankett gab. Cherubini, Boieldieu und Berton hatten die Direction des Ganzen. Das Intermède wurde wiederholt; auch Lafont wirkte mit. [AML I, 46.]

Reviews

Journal des débats politiques et littéraires (May 10, 1821): 1.

—Les députations des bonnes villes du royaume se sont rendues aujourd’hui à six heures à 1’Hôtet-de-Ville, pour assister au banquet que le corps municipal de la ville de Paris a offert à ses sœurs. Ce banquet, qui réunissoit [sic] l’élite premières villes de France, a eu heu dans la salle du bal. Il y avoit cent trente couveris. M. le maréchal duc de Reggio, major-général de la garde nationale, et les douze colonels de cette garde, y assistoient [sic] ainsi que MM. les généraux Maison et comte Defrance. Des toast ont été portés au Roi par M. le préfet de la Seine ; à MONSIEUR, par M. Bellart ; à MADAME et à Mgr le duc d’Angoulême, par M. le président du conseil-général du département ; à Mgr le due de Bordeaux, par M. le maréchal duc de Reggio ; à la Famille royale, par M. Moutle, doyen des adjoints ; et à l’union des bonnes villes du royaume, par M. le baron Capelle, conseiller d’Etat. Toutes ces santés ont été portées aux acclamations unanimes de vive le Roi ! vivent les Vourbons ! vive le duc de Bordeaux ! Après le banquet, on a représenté un intermède de la composition de M. de Chazel, qui, par les sentimens vraiment français qu’il renferme, a mérité des applaudissemens unanimes.

Le Moniteur Universel (May 12, 1821): 657-658.

Mercredi 9 mai a eu lieu, à l’Hôtel-de-Ville, le dîner offert par le corps municipal de Paris à MM. Les maires et députés des 39 bonnes villes, appelés à Paris pour assister à la solennité du baptême de S. A. R. Mgr le duc de Bordeaux.

Une table composée de 223 couverts avait été dressée dans la grande salle élevée sur la cour de l’Hôtel-de-Ville, et qui avait servi de salle de bal, lors des fêtes données aux princes le 2 de ce mois.

Rien n’avait été changé à la décoration de cette salle. Eclairée par plus de 50 lustres, entourés de glaces qui réfléchissaient les bougies, de gazes d’or et d’argent et de feuillages, elle présentant le coup d’œil le plus magnifique.

Le table était disposée en double fer à cheval, le milieu en était occupé par un large surtout sablé représentant alternativement les armes de France, le chiffre du Roi, les portraits de la famille Royale, et sur lequel etaient placés de distance en distance 40 grands vases en porcelaine de la plus grande richesse, qui portaient des touffes de lys et de fleurs, du milieu desquelles s’élevaient de petites oriflammes portant chacune les armes et le nom d’une des quarante bonnes villes, et rangées dans l’ordre assigné par l’ordonnance du 23 avril. En tête et aux bouts de chaque table s’élevaient des vaisseaux représentant les armes de la ville de Paris.

A 6 heures un quart les convives ont pris place. M. le comte de Chabrot, comme chef du corps municipal, tenait le haut bout, ayant à sa droite M le maréchal duc de Reggio et à sa gauche M. le baron Capelle, conseiller-d ’état, secrétaire-général du ministère de l’intérieur.

Les honneurs des deux autres parties de la table étaient faits :

A droite par M. Bellart, président du conseil-général municipal, qui avait à sa droite M. le marquis de Maison, gouverneur de Paris, et à sa gauche M. le comte Defrance, lieutenant-général commandant de la 1re division militaire ;

A ganche, par m. Piault, maire du 10e arrondissement et doyen de MM. les maires de Paris.

MM. les maires et députés des bonnes villes, MM. les membres du conseil-général municipal, les maires et adjoints de Paris et les colonels des treize légions de la garde nationale parisienne, se sont places indistinctement.

Sept couverts sont restés vacans, ils devaient être occupés par les députations d’Orléans et d’Abbeville, qui avaient déjà quitté Paris.

La musique de l’état-major des gardes-du-corps a exécuté pendant le banquet des fanfares et des morceaux d’harmonie. Les santés ont été portées dans l’ordre suivant ;

1o Par M. le comte de Chabrol, conseiller-d ‘état préfet de la Scine.

Aur Roi !

Qu’il vive long-tems pour le bonheur de la France !

Vive le Roi !

2o. Par M. Bellart, président du conseil-général municipal.

A MONSIEUR / Au premier chevalier Français ! Vive MONSIEUR !

3o. Par M. Piault, doyen de MM. les maires.

A Mgr le duc d’Angeoulême, au digne époux de l’heroine de Bordeaux ! Vive Monseigneur ! vive MADAME !

4o. Par M. le marécha ; duc de Reggio, major-général, commandant en chef de la garde nationale parisienne.

A Mgr le duc de Bordeaux !

ce prince aura la sagesse de Charles V, les vertus de Henri IV, la bonté de tous les Bourbous ! Vive le duc de Bordeaux ! vive son auguste mère !

5o. Par le doyen de MM. les adjoints de Paris.

A la famille royale.

Vivent les Bourbons toujours !

6o. Par le baron Capelle, secrétaire-général du ministère de l’Intérieur.

Aux bonnes villes.

A l’union de tous les Français, sous le sceptre du meilleur des Rois ! Vive le Roi !

Chacun de ces toast a été accueilli avec un enthousiasme difficile à exprimer et a été suivi des cris mille fois répétés de vive le roi ! vive Monsieur ! vive Mgr le duc a’ Angoulême ! vive Madame ! vive Monseigneur le duc de Bordeaux ! vive madame la duchesse de Berry ! vivent les Bourbons !

De brillantes fanfares composées d’airs analogues séparaient chaque toast.

Ces six toasts terminés. M. le maire de Lyon s’est levé et a porté la santé de MM. du corps municipale de la ville de Paris.

Après lui M. le maire de Marseille a porté celle de la garde nationale parisienne et de son digne chef.

Chacune de ces deux santés a été de nouveau suivie des cris vive le Roi.

On est sorti de table à 8 heures et demie, et l’assemblée a été conduite dans la salle du St.-Esprit, ou deux cents dames des familles municipales et de celles de MM. Les députés des bonnes villes étaient réunies.

Après un brillant morceau d’harmonie, dû aux soins obligeans de MM. Chérubini, Berton et Boyeldieu, et exécuté par les premiers artistes de l’orchestre de l’Opéra-comique, M. Moschelès, et après lui M. Lafon, ont exécuté, l’un sur le piano, l’autre sur le violon, plusieurs duos et solos.

Ensuite mesdames Boulanger et Rigault-Palard, et MM. Huet et Ponchard, artistes sociétaires, du théâtre royal de l’Opéra-comique ont donné une seconde représentation de l’intermède intitulé les Art rivaux de M. le chevalier de Chazet, qui avait été joué pour la première fois, en présence des princes et dans la même salle, le jour de la fête de la ville.

Che charmant ouvrage, à l’exécution duquel rien n’a manqué a été accueilli par d’unanimes applaudisemens, l’air simple et touchant Dieu la donné de la composition de M. Boyeldieu a surtout enlevé les suffrages ; il a été suivi des cris de vive les Bourbons ! qui ont éclaté des toutes parts, et sur la demande unanime des spectateurs, madame Boulanger en a répétée dernier couplet avec l’expression la plus admirable.

Le morceau final Riant berceau, doux tréser de la France, de la composition de M. Berton, a produit de même une profonde impression sur les assistans, qui ont réuni leurs voix a celles des artistes pour répéter avec eux le cri de vive le Roi qui le termine.

Après l’intermède ont commencé quelques contredanses, et l’assemblée ne s’est séparée qu’a une heure après minuit.

MM. les maitres et députés des bonnes villes ayant témoigné le désir d’emporter avec eux, comme un souvenir de la fête, les bannières portant les noms des bonnes villes qui décoraient la table, M. le comte de Chabrol s’est empressé de déférer à une demande aussi honorable pour le corps municipal de Paris.

Ainsi s’est terminée cette cette journée qui a offert le spectacle d’une véritable fête de famille ou les villes les plus considérables du royaume ont, par l’organc de leurs députés, confondu dans la même enceinte, avec les magistrats municipaux de la capitale, leurs sentimens d’amour et de vénération pour le Roi, la famille royal et ce jeune prince que la Providence vient d’accorder aux vœux des Français.

L’Hôtel-de-Ville était brillamment illuminé et nous ne devons pas eublier de dire que la table a été servie avec un ordre et une magnificence qui font honneur à M. Pallud, maitre-d ’hôtel de la ville.

25 April 1821

Charles Lafont’s and Ignaz Moscheles’ Third Soiree

 

Paris: Salle Pape

Time: Evening

Tickets: 20 francs for Four Soirees

———————————

Programme Notes: The piano brand was Pape.


Charlotte: Ausser diesem Concert gab Moscheles noch eins mit in der Salle Favart (18. März) und später noch vier Soiréen ihm, die vierte und letzte am 20. Mai zum Besten armen Familie. Sie spielten wiederholt ein Potpourri über Gluck’sche, Mozart’sche und Rossini’sche Themen, welches sie zusammen componirt hatten, und dieses Vorführen und Verschmelzen von Gedanken aus so verschiedenen Kunstschulen machte grosses Glück. [AML I, 43.]

Advertisements

Journal des débats politiques et littéraires (April 6, 1821): 3.

—MM. Lafont et Moschelès nous font espérer quatre soirées musicales. Ils seront secondés par les premiers artistes de Paris. Ces soirées auront lieu dans les salons de M. Pape, facteur de pianos, Cour des Fontaines, n° 1, les mercredis 11, 18, 25 avril et 2 mai. Le prix de l’abonnement pour les quatre soirées est de 40 fr. On souscrit chez M. Lafont, rue Taitbout, no 9, et chez M. Pape, Cour des Fontaines.

Journal de Paris (April 23, 1821): 2.

—La troisième soirée de MM. Lafont et Moschelès aura lieu demain mercredi, cour des Fontaines, no 1er. Le succès deux premières suffit pour y attire un auditoire nombreux. S’adresser pour les billets, dont la prise est de 20 fr. Pour les deux dernières soirées (3me et 4me), à M. Lafont, rue Taitbout, no 9, ou à M. Moscheles, rue d’Argenteuil, no 6.

Eos, Zeitschrift zur Erheiterung und Belehrung (May 24, 1821): 169.

Paris im April…Die Herren Moschelles und Lafont sollen noch zusammen vier musikalische Abende geben; an welchen sich auch die ersten Künstler der Hauptstadt hören lassen wollen.

18 April 1821

Charles Lafont’s and Ignaz Moscheles’ Second Soiree

 

Paris: Salle Pape

Time: Evening

Tickets: 30 francs for Four Soirees

Programme

Free Piano FantasiaMr. Moscheles 
Violin ConcertoM. LafontLafont
Principal Instrumentals: Mr. Moscheles, M. Lafont

———————————

Programme Notes: The piano brand was Pape.


Charlotte: Ausser diesem Concert gab Moscheles noch eins mit in der Salle Favart (18. März) und später noch vier Soiréen ihm, die vierte und letzte am 20. Mai zum Besten armen Familie. Sie spielten wiederholt ein Potpourri über Gluck’sche, Mozart’sche und Rossini’sche Themen, welches sie zusammen componirt hatten, und dieses Vorführen und Verschmelzen von Gedanken aus so verschiedenen Kunstschulen machte grosses Glück. [AML I, 43.]

Advertisements

Journal des débats politiques et littéraires (April 6, 1821): 3.

—MM. Lafont et Moschelès nous font espérer quatre soirées musicales. Ils seront secondés par les premiers artistes de Paris. Ces soirées auront lieu dans les salons de M. Pape, facteur de pianos, Cour des Fontaines, n° 1, les mercredis 11, 18, 25 avril et 2 mai. Le prix de l’abonnement pour les quatre soirées est de 40 fr. On souscrit chez M. Lafont, rue Taitbout, no 9, et chez M. Pape, Cour des Fontaines.

Journal des débats politiques et littéraires (April 10, 1821): 2.

—La première des soirées de MM. Lafont et Moschelès aura lieu demain mercredi, dans les salons de M Pape, cour des Fontaines, no 1.  Plusieurs talens distingués de la capitale se joindront à ces artistes, qui se feront entendre ensemble et séparément. S’adresser, pour se procurer des billets, à M. Lafont, rue Taitbout, no 9, ou à M. Moschelès, rue d’Argenteuil, no 6.

Le Moniteur Universel (April 17, 1821): 527.

[Same as issued in Journal des débats politiques et littéraires on April 16]

Eos, Zeitschrift zur Erheiterung und Belehrung (May 24, 1821): 169.

Paris im April…Die Herren Moschelles und Lafont sollen noch zusammen vier musikalische Abende geben; an welchen sich auch die ersten Künstler der Hauptstadt hören lassen wollen.

Reviews

Journal de Paris (April 21, 1821): 2..

—Les soirées musicale données par MM. Lafont et Moschelès dans le local de M. Pape sont très-suivies ; le talent de ces deux virtuoses est chaque jour mieux apprécie. C’est surtout dans un salon que l’on peut encore mieux juger de tonte la facilité de M. Moschelès ; car c’est là, mieux qu’au théâtre, qu’on peut lui donner un thème sur lequel il improvise d’une manière vraiment extraordinaire.

Le Courrier (April 21, 1821): 4.

—La 2e. soirée musicale de MM. Lafont et Moscheles avait attiré une réunion non moins brillante que nombreuse. M Lafont a charmé l’auditoire par l’exécution d’un concerto de sa composition ; M. Moscheles n’a pas produit moins d’effet par une improvisation dont le thème lui a été donné par une personne de la société, au moment où il s’est mis au piano. Les amateurs attendent avec impatience la troisième soirée, qui aura lieu mercredi prochain ; et nous ne doutons pas qu’un grand nombre d’entre eux ne se rende lundi à Versailles, où ces deux artistes doivent donner un concert. 

11 April 1821

Charles Lafont’s and Ignaz Moscheles’ First Soiree

 

Paris: Salle Pape

Time: Evening

Tickets: 40 francs for Four Soirees

Programme

ConcertinoMr. MoschelesMoscheles
Duet (Italian)Mlle Cinti, M. Levasseur 
Free Piano Fantasia, incl. a Rondo
from Das Rosenhütchen, an aria
from Don Giovanni and an allegory
Mr. Moscheles 
Grand Potpourri Concertante for
Piano and  Violin (Op.59)
Mr. Moscheles, M. LafontMoscheles & Lafont
Violin Russian VariationsMr. LafontLafont
Principal Vocalists:  Mlle Cinti, M. Levasseur
Principal Instrumentals: Mr. Moscheles, M. Lafont

———————————

Programme Notes: The piano brand was Pape.


Charlotte: Ausser diesem Concert gab Moscheles noch eins mit in der Salle Favart (18. März) und später noch vier Soiréen ihm, die vierte und letzte am 20. Mai zum Besten armen Familie. Sie spielten wiederholt ein Potpourri über Gluck’sche, Mozart’sche und Rossini’sche Themen, welches sie zusammen componirt hatten, und dieses Vorführen und Verschmelzen von Gedanken aus so verschiedenen Kunstschulen machte grosses Glück. [AML I, 43.]

Advertisements

Eos, Zeitschrift zur Erheiterung und Belehrung (April 5, 1821): 115-116.

Die Herrn Moscheles und Lafont werden sich vereint ebenfalls in einem großen Konzerte hören lassen. Hierauf folgt aber das Ballet Nina. 

Journal des débats politiques et littéraires (April 6, 1821): 3.

—MM. Lafont et Moschelès nous font espérer quatre soirées musicales. Ils seront secondés par les premiers artistes de Paris. Ces soirées auront lieu dans les salons de M. Pape, facteur de pianos, Cour des Fontaines, n° 1, les mercredis 11, 18, 25 avril et 2 mai. Le prix de l’abonnement pour les quatre soirées est de 40 fr. On souscrit chez M. Lafont, rue Taitbout, no 9, et chez M. Pape, Cour des Fontaines.

Journal de Paris (April 10, 1821): 2.

—C’est mercredi que la première soirée de MM. Lafont et Moschelès aura lieu dans les salles de M. Pape, cour des Fontaines, n. 1. Plusieurs autres talens distingues de la capitale se joindront à ces deux artistes, qui se feront entendre à plusieurs reprises, soit seuls, son ensemble. On peut s’adresser, pour se procurer des billets, à M. Lafont, rue Taitbout, no 9, ou à M. Moscheles, rue d’Argenteuil, no 6.

Journal des débats politiques et littéraires (April 10, 1821): 2.

—La première des soirées de MM. Lafont et Moschelès aura lieu demain mercredi, dans les salons de M Pape, cour des Fontaines, no 1.  Plusieurs talens distingués de la capitale se joindront à ces artistes, qui se feront entendre ensemble et séparément. S’adresser, pour se procurer des billets, à M. Lafont, rue Taitbout, no 9, ou à M. Moschelès, rue d’Argenteuil, no 6.

Le Constitutionnel: journal du commerce, politique et littéraire (April 11, 1821): 4.

—Deux artistes célèbres, MM. Lafont et Moscheles, dont chacun suffirait pour attirer la foule d’amateurs de bonne musique, donneront quatre soirées musicales, les mercredi 11, 18, 25 avril et 2 mai, dans les salons de M. Pape, cour des Fontaines, n. 1. Plusieurs artistes distingués les assisteront pour donner toute la perfection possible à ces soirées. Le prix d’abonnement est fixé à quarante francs pour les quatre soirées. S’adresser, pour les billets, à M. Lafont rue Taitbout, n. 9, ou à Moschèles, rue d’Argenteuil, n. 6.

Eos, Zeitschrift zur Erheiterung und Belehrung (May 24, 1821): 169.

Paris im April…Die Herren Moschelles und Lafont sollen noch zusammen vier musikalische Abende geben; an welchen sich auch die ersten Künstler der Hauptstadt hören lassen wollen.

Reviews

Le Constitutionnel: journal du commerce, politique et littéraire (April 16, 1821): 3.

Le plaisir que MM. Lafont et Moscheles ont procuré à leur première soirée musicale de mercredi (cour des Fontaines, n. 1), sera cause sans doute que la foule se portera avec empressement au deuxième concert qu’ils doivent donner mardi prochain.

Journal des débats politiques et littéraires (April 16, 1821): 4.

—La première soirée de MM. Lafont et Moschelès a aussi été aussi brillante qu’agréable. Les deux artistes se sont sûr passés, et ont fait naître de désir de ne pas manquer à la seconde soirée qui aura lieu après-demain mardi, dans le même local, cour des Fontaines, no 1. S’il a encore des billets, dont le prix est de 30 fr. pour les trois dernières soirées, il faut s’adresses à M. Lafont, rue Taitbout, no 9, ou à M. Moschelès, rue d’Argenteuil, no 6.

Le Moniteur Universel (April 17, 1821): 527.

[Same as issued in Journal des débats politiques et littéraires on April 16]

Conversationsblatt, vol. 3, (May 16, 1821): 467.

Einstimmig sprechen alle Pariser Zeitungen zum Lobe unsers Moscheles. Er hat in Vereinigung mit dem vortrefflichen Violinspiele Lafont vier musikalische Abend unterhaltungen gegeben, nämlich am 11., 18., 25. April und 2. May. Diese hatten im Saale des Herrn Pape (eines der ersten Instrumentenmacher in Paris) Statt. Der Preis für alle vier Konzerte war 40 Franken. Der Saal bey dem ersten Könzert war so voll, daß man sich selbst noch in dem Corridor drängte. An diesem Abende eröffnete Herr Moscheles es die Unterhaltung mit einem Konzertino von seiner  Komposition, welches Enthusiasmus erregte. Hierauf spielte Lafont seine russischen Variationen, welche zwar schon bekannt sind, aber Freunden gleichen, die man immer gerne wieder sieht. Hierauf vereinigten sich beyde Künstler (Zauberer nennt sie ein Journal) in einem Potpurri von Herrn Moscheles.—Herr Levassieur und Dlle. Cinti sangen eine Arie und ein Duett (italienischen Ursprungs). Zum Beschluss improvisirte Herr Moscheles, er begehrte ein Thema, und siehe da, es erhoben sich zwey Damen und ein Professor des Pianoforte. Die Eine begehrte ein Rondeau aus dem Rosenhütchen, die Andere eine Arie aus Don Juan, der Professor gab einen Gassenhauer als Thema. Moscheles zog sich herrlich und glänzend aus der Affaire. Er fing mit dem Thema an, welches ihm zuerst gegeben wurde, verschmolz darein auf eine wunderbare Art das zweyte und das dritte, und spielte so mit allen Dreyen sein geniales Spiel. Alles verließ entzückt den Saal, und keiner, der bey dem ersten Konzerte gegenwärtig war, wird die übrigen versäumen.

27 March 1821

Mirliton Concert

 

Paris: Pierre-Luc-Charles Cicéri’s Residence

Programme

Classical MusicMr. Moscheles, M. Lafont 
Mirliton Concert  
Mirliton SoloM. Dugazon 
Principal Instrumentals: Mr. Moscheles, MM. Dugazon, Lafont, Salmon, Signor Cherubini

———————————

Charlotte: On the 27th of March this “Mirliton” [reed pipe whistles] concert was repeated at Ciceri’s, and on this occasion Cherubini took an active part. [RMM, 31.]

Moscheles: Horace Vernet unterhieltuns mit seinem Bauchrednertalent, M. Salmon mit dem nachgeahmten Horn und Dugazon sogar mit einem Mirliton-Solo. Lafont und ich vertraten die ernste Musik, er schllesslich auch ihr Recht wurde. [AML I, 45.]

18 March 1821

Charles Lafont’s and Ignaz Moscheles’ Concert

 

Paris: Salle Favart, Académie Royale de Musique

Tickets: 6 Francs

Programme

Overture  
Violin ConcertoM. LafontLafont
Piano Fantasia and Variations on the
favourite air ‘Au clair de la Lune’ (Op.50)
(first time of performance)
Mr. MoschelesMoscheles
AirM. Levasseur 
Grand Potpourri Concertante for
Piano and Violin (Op.59)  
Mr. Moscheles, M. LafontMoscheles & Lafont
DuetMlle Cinti, M. Levasseur 
Free Piano Fantasia, incl. ‘Que le Sultan
Saladin’ from Richard Cœur-de-lion
Mr. Moscheles 
AirMlle Cinti 
Souvenirs du Simplon, Violin Swiss Air VariationsM. LafontLafont
Ballet, Nina  
Principal Vocalists: Mlle Cinti, M. Levasseur
Principal Instrumentalists: Mr. Moscheles, M. Lafont

———————————

Programme Notes: The Piano brand was Pape.

Overall receipts: 7509,90 francs

Expenses: 1121 francs

Equal Split: Académie Royale de Musique: 2725.08 francs; Moscheles and Lafont:  2725.09 francs

[F-Pan: Archives Nationales AJ/13/394 IV No.6]


Charlotte: Ausser diesem Concert gab Moscheles noch eins mit in der Salle Favart (18. März) und später noch vier Soiréen ihm, die vierte und letzte am 20. Mai zum Besten armen Familie. Sie spielten wiederholt ein Potpourri über Gluck’sche, Mozart’sche und Rossini’sche Themen, welches sie zusammen componirt hatten, und dieses Vorführen und Verschmelzen von Gedanken aus so verschiedenen Kunstschulen machte grosses Glück. [AML I, 43.]

Advertisements

Eos, Zeitschrift zur Erheiterung und Belehrung (March 1, 1821): 76.

Moscheles, welcher in Paris angekommen, wird sich nächstens in einem großen Conzerte hören lassen. Er hat bereits in Privatzirkeln mit dem größten Beyfalle gespielt. Die Kunstfreunde, schon von seinem Talente durch öffentliche Blätter unterrichtet, nennen ihn einen genialen, sich niemals wiederholenden musikalischen Improvisator.

Journal de Paris (March 5, 1821): 4.

—Nous nous empressons d’annoncer aux amateurs et aux curieux un brillant concert dans lequel seront réunis les talens du célèbre e violon M. Lafont et du pianiste étranger. M. Moscheles, qui, dès son premier concert, a enlevé tous les suffrages. Plus tard, nous dénuerons a cet égard quelques détails.

Journal des débats politiques et littéraires (March 11, 1821): 2.

Le dimanche 18 de ce mois, il y aura, à ta salle Favart, un concert où les amateur auront te plaisir d’entendre ensemble et séparément deux grands artistes, M. Lafont l’un de nos premiers artistes sur le violon, et M. Moschelès, dont le talent sur le piano est digne de rivaliser avec celui de M. Lafont. Ce concert sera suivi d’un ballet. Déjà plusieurs loges sont retenues ; les personnes qui desirent s’en procurer doivent s’adresser rue Rameau, à l’ancien Opéra.

Le Constitutionnel: journal du commerce, politique et littéraire (March 14, 1821): 4.

On nous annonce, pour dimanche prochain, un des concerts les plus agréables qu’il soit possible d’entendre. Notre célèbre violon, M. Lafoat [sic], premier violon de la chambre du Roi, jouera plusieurs fois seul et avec M. Moschelles, qui a si bien justifié notre attente dans le concert qu’il a donné, dernièrement. La réunion de ces deux beaux talens suffit pour attirer les vrais amateurs. Le concert sera suivi d’un ballet.

Journal de Paris (March 15, 1821): 1.

Académie royal de Musique.—

Dimanche 18, grand concert donné par M. Lafont, premier violon de la chambre du Roi, et M. Moschelès, compositeur et pianiste de Vienne, dans lequel ils se feront entendre seuls et ensemble. Le concert sera suivi d’un ballet.

Journal de Paris (March 16, 1821): 1.

Académie royal de Musique…Dimanche 18, grand concert donné par M. Lafont, premier violon de la chambre du Roi, et M. Moschelès, compositeur et pianiste de Vienne, dans lequel ils se feront entendre seuls et ensemble. Le concert sera suivi d’un ballet.

Journal de Paris (March 17, 1821): 1.

[Same as issued in Journal de Paris on March 15]

Journal des débats politiques et littéraires (March 17, 1821): 2.

—Le Concert extraordinaire de MM. Lafont et Moschelès aura décidément lieu dimanche 18 courant. Voici le programme : Ouverture à grand orchestre. Concerto pour violon, composé et exécute par M. Lafont ; fantaisie et variations sur un thème favori, composées et exécutées, pour la première fois, par M. Moschelès ; air chanté par Levasseur ; duo pour piano-forté et violon par Lafont, exécute par MM. Lafont et Moschelès ; duo chanté par Levasseur et Mlle Cinti ; fantaisie improvisée sur le piano-forté, par M. Moschelès ; air chanté par Mlle Cinti ; Souvenirs du Simplon, airs suisses variés et exécutés par M. Lafont. Le concert sera suivi du ballet de Nina.

Journal de Paris (March 18, 1821): 1.

Académie royal de Musique—Grand concert vocal et instrumental donc par MM. Lafont et Moschelès, suivi de Nina.  

Le Constitutionnel: journal du commerce, politique et littéraire (March 18, 1821): 4.

SALLE FAVART—Aujourd’hui dimanche, grand concert vocal et instrumental, donné par MM. Lafont et Moschelès ; suivi de Nina.

Le Courrier (March 18, 1821): 4.

SPECTACLES du 18 Mars.

ACADÈMIE ROYALE DE MUSIQUE. Grand Concert vocal et instrumental donné par MM. Lafont et Moschelu, suivi de Nina.

Le Moniteur universel (March 18, 1821): 564.

Académie royale de Musique Auj. grand Concert vocal et instrumental, donné par MM. Lafont et Moscheles, suivi de Nina.

Reviews

Le Constitutionnel: journal du commerce, politique et littéraire (March 20, 1821): 6.

—Foule immense hier à l’Opéra pour le concert de MM. Lafont et Moschelles. Les deux virtuoses ont charmé l’auditoire.

Journal de Paris (March 23, 1821): 1.

—L’affluence était si considérable au concert donne, dimanche dernier, à l’Opéra, par MM. Lafont, premier violon de la chambre du Roi, et Moscheles, pianiste ce Vienne, que la recette s’est élevée a 7,500 fr. ; ou a même vendu des billets de corridor. Le peu de place que nous pouvons en ce mo ment consacrer aux représentations théâtrales et qui nous a contraint de différer l’insertion de cet article, ne nous permet pas d’entrer dans de grands détails nous dirons donc brièvement que ces deux artistes ont justifié un empressement aussi honorable, M. Lafont par le fini, la pureté et la vigueur de son jeu ; jamais peut-être il n’a mieux prouvé que l’on peut allier la force au sentiment. M. Moscheles, à qui on avait reproché, la première fois, le genre un peu sévère de sa composition, a fait preuve d’une grande docilité, en exécutant des variations sur le fameux Clair de lune et sur le thème si connu de Sultan Saladin dans l’opéra de Richard.   

M. Moscheles a de nouveau fait preuve d’un talent extraordinaire ; il faut ajouter qu’il a été bien seconde par un piano dont les son moelleux et égaux se prêtaient à rendre ses inspirations : cet instrument sort des étaliers de M. Pape, facteur habile, qui chaque jour justifie sa réputation. Ce concert a causé un tel plaisir, qu’il n’est pas un des auditeurs qui n’ait manifeste le désir d’assister à un second.

Tablettes universelles, vol. VI (March 1821): 528.

ACADÉMIE ROYALE DE MUSIQUE. Le concert donné à ce théâtre par MM. Lafont et Moschelès, a attiré beaucoup de monde. La salle présentait un coup d‘œil enchanteur, et rien ne manquait à la brillante parure des belles dames qui garnissaient les loges.

Eos, Zeitschrift zur Erheiterung und Belehrung (April 3, 1821): 112.

Paris. Das Konzert, welches der erste Violinist der K. Kapelle Lafont und Moscheles aus Wien zusammen gegeben haben, war so zahlreich besucht, daß der Saal die Menge der herbeygeströmten Liebhaber nicht faken konnte. Die Einnahme betrug gegen 8000 Franken. Lafont spielte mit außerordentlicher Fertigkeit und Zartheit, und hat sich wahrhaft selbst übertroffen. Er erhielt den rauschendsten Beyfall. Moscheles, welcher seit langem schon Wien verlassen, und Deutschland und die Niederlande durchreiset hat, wo er allenthalben Ruhm und Geld erndtete, hat bereits ein Konzert hier gegeben, und allen den Beyfall erhalten, den sein treffliches Spiel auf dem Klavier auch verdient. Dieser ward ihm dießmal um so mehr, da er gefälligere Gegenstände wählte, als das erste mal. Seine Variationen über das bekannte Clair de lune, das die Pariser so gerne hören, dann über ein Thema aus der Oper Richard gefielen allgemein. Die Pariser zählen dieses Konzert zu einem der vorzüglichsten, die seit langem hier statt fanden.

Allgemeine musikalische Zeitung (April 18, 1821): 274.

Paris, im März. Am 25sten Februar und 18ten März gab Hr. Moscheles von Wien hier im Theatre Favart Concert. Die Erwartungen waren um so gespannter, da der ihm, von Amsterdam und Brüssel aus, vorangegangene Ruf sich noch durch die günstigen Urtheile mehrerer glänzenden Privatzirkel in Paris erhöht hatte, in welchen er seine Concerte hatte hören lassen…Der günstige Erfolg dieses Concertes liess ein zweytes Concert vermuthen. Dieses gab er auch am 18ten März im Verein mit dem berühmten Violinisten Lafont. Lafonts Ton und sicheres, petillirendes Spiel ist durch öffentliche Urtheile bekannt genug. Hr. Moscheles entzückte in diesem zweyten Concerte durch den eigenthümlichen und geschmackvollen Vortrag neuer hier componirter Variationen (A dur) über das Thema: Au clair de la lune. Die Composition, welche brillant und gefällig ist, schliesst mit einer überraschenden Imitation das Thema. Den schwächsten Eindruck machte ein Duo (von Hrn. Lafont Duo concertant genannt) für Violin und Pianoforte. Der Satz war nicht klar, und da her ohne Wirkung; das Publikum blieb ungewiss, was die beyden braven Virtuosen eigent lich damit sagen wollten. Doch, Ende gut, alles gut: diess bewährte hier Moscheles durch eine improvisirte Fantasie über Gretry’s“ bekannten Trinkchor: Quele Sultan Saladin, welche mit rauschendem Beifall aufgenommen wurde. In beyden Concerten war das Haus übervoll, und liess den Künstler in vollem Maasse die Ehre und den Vortheil ernten, auf welche ausgezeich nete Talente gerechten Anspruch haben.

L’Indicateur général des spectacles de Paris (1821-1822): 30.

18 mars 1821.—Concert par MM. Lafond premier violon de la chapelle du Roi, et M. Moscheles. Chant : M. Levasseur, Me. Cinti. Ce concert a été terminé par le ballet de Nina.

11 March 1821

Henri Herz’s Concert

 

Paris: Salle Érard

Tickets: 6 Francs

Programme

Piano DuetMessrs. Herz, Moscheles
[Song]Mlle Munch
Principal Vocalists: Mlle Munch
Principal Instrumentalists: Messrs. Herz, Moscheles, MM. Baudiot, Muller, Pasdeloup

———————————

Programme Notes: The piano brand was Érard.

Advertisement

Journal des débats politiques et littéraires (March 3, 1821): 4.

M. Herz jeune, premier pianiste de capitale, donnera dimanche 11 mars one grande soirée musicale, dans les salons de MM. Erard rue du Mail, no 13, dans laquelle on entendra, les artistes plus distingues. M. Moschelès, célèbre pianiste de Vienne, et M. Herz jeune exécuteront un duo sur deux piano. Le prix du billet est de 6 fr., que l’on se procure au magasin de musique de Mlle Erard et chez M. Herz jeune, rue d’Enghien, no 14, faubourg Poissonnière

Review

Tablettes universelles, vol. VI(March, 1821): 536.

Le concert donné par M. Herz jeune, dans le salon de M. Érard, a réuni une société nombreuse. Son duo final avec M. Mocheles-a excité de vifs applaudissemens. Mademoiselle Munch, ainsi que MM. Muller, Baudiot et Pasdeloup, n’ont rien laissé à désirer dans les morceaux qu’ils ont exécutés.